Il va s’instaurer une longue traine des masques abandonnés à terre

Nous n’avons pas fini d’utiliser des masques et qui dit utilisation dit abandon quoique l’on veuille. Nous allons toujours avoir des quantités abandonnés même si elles seront moindres que celles auxquelles nous avons été les témoins durant les 2 à 3 premières semaines qui ont suivi le 11 mai.

Concernant les masques voici résumé schématiquement ce à quoi on peut s’attendre selon mon analyse tirée de mes observations :

La partie verte claire c’est la quantité des masques abandonnés à terre des 3 semaines qui ont suivi le 11 mai : tout le monde pouvaient les voir à terre.

La partie jaune c’est la quantité des semaines et mois à venir : les masques à terre se font moins nombreux MAIS cumulés ils représenteront un nombre plus important que la première partie du graphique en verte.

Nous sommes entre les 2 dans la partie verte foncée où nous avons des masques défraîchis antérieurs aux orages du 3 et 4 juin et des masques post orage dont je parlais dans le précédent billet.

Voici des masques pris en photo aujourd’hui 7 juin : vous remarquez leur aspect défraîchi. Ils est évident qu’ils datent.

A côté de cela on trouve des masques abandonnés à terre tout récemment comme ces 2 masques pris en photo également aujourd’hui :

Il va falloir compter avec des masques qui arriveront à échapper aux opérations de nettoyage de la voirie ou tout simplement qui seront en dehors de leur zone de nettoyage. Ces masques nécessiteront un signalement pour ramassage dédié comme je le suggère. Ce sont des grandes quantités même énormes que lorsqu’on les met bout à bout et quoiqu’il en soit il peut suffire d’un seul masque ingurgité par une tortue pour lui causer des dommages voire peut être comme l’actualité va nous le rapporter la mort.

Il y a donc bien toujours un intérêt à faire que nous puissions tous être en mesure de signaler ne serait-ce même chacun un seul masque en plusieurs semaines voir mois car si nous sommes des centaines de milliers à utiliser Masque à terre, ce sont des centaines voire des milliers d’espèces marines que nous épargneront de ce nouveau fléau.

Et pour finir sur ce point le longue traine existe déjà pour ce qui est des sacs plastiques. On fait beaucoup de choses pour les supprimer ou les remplacer mais cela ne les a pas fait disparaitre de la nature. Il en existe toujours par ci par là mais une fois dans l’estomac d’une tortue qui les confond avec les méduses dont ils se nourrissent, ils leurs sont fatales.

Voici un sac plastique aperçu aujourd’hui 7 juin 2020 sur les berges de la Loire quai du Châtelet à Orléans. On l’aperçoit au centre de la photo. Je suis retourné chez moi et suis revenu équipé de vieilles chaussures pour l’attraper. Un plastique laissé dans les cours d’eau et c’est potentiellement une tortue marine dont nous condamnons l’existence. Elles les confondent en effet avec les méduses et les ingurgitent pour ensuite en mourir.  

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut
Aller à la barre d’outils